Sylvain des Rochettes

Mon expertise au service des territoires

En bref :

2003 Bac STAE

2003-2005 Création et présidence de l'association Figarol-informatique

2009 Licence de sociologie (Paris 7)

2012 Master Anthropologie sociale et historique (Toulouse 2)

2013 création d'une entreprise de services informatiques.

2014 élu conseiller municipal de la commune de Figarol

2014 candidat tête de liste indépendant aux élections sénatoriales en Haute-Garonne

2015 Président de association Lab top Innovation (Fablab Comminges) et de la fédération régionale des fablabs (FEDLAB)

2016 Correspondant à Salies du Salat Pour la Gazette du Comminges


Biographie


        Né le 26 juillet 1985 à Cuenca en Equateur alors que mes parents réalisaient une mission humanitaire, je passe ma petite enfance sans histoire à l'école maternelle de Pechbonnieu au nord de Toulouse. En arrivant à l'école de Montsaunès à 6 ans pour entrer en classe de CP, j'intègre une classe unique où l’institutrice avait l'habitude d'apprendre aux maternelle à lire et écrire avant le CP. N'ayant pas commencé cet apprentissage dans mon école d'origine, je suis catégorisé comme cancre.

        Cette expérience va déterminer significativement la construction de ma personnalité. J’apprendrais, plus tard, grâce à la sociologie, que la plupart des enfants jugés incompétents par leurs enseignants se démotivent et finissent par correspondre à la projection de l'adulte en position d'autorité. (Phénomène réel et totalement contraire à la promesse républicaine d'égalité des chances).

        En ce qui me concerne ça ne s'est pas totalement passé comme ça. Étant dans une classe unique tous les cours de toutes les classes se faisaient dans la même classe, je fuyais les souffrances de mes difficultés à l'écrit en rêvassant et en écoutant les cours de mathématiques, histoire et géographie des CM2.

        Mes difficultés à l'écrit et le conflit avec l'institution scolaire que je considère comme ne me reconnaissant pas à ma juste valeur dureront toute ma scolarité. J'adopte une attitude particulière qui consiste à ne pas m'investir dans les matières qui présentent pour moi une difficulté, de l'autre coté j'acquiers très facilement une avance importante dans les matières scientifiques. Je m'intéresse et je prends un grand plaisir à comprendre tout ce qui relève d'un raisonnement logique. A l'inverse je reste démuni et réticent à tout ce qui consiste à apprendre bêtement des éléments ne présentant pas de cohérence logique entre eux, pour le bon plaisir de personnes se croyant légitimes à exercer une quelconque forme de coercition à mon égard.

       Je passerais donc la totalité de ma scolarité sans quasiment travailler, les excellentes notes en science compensant les autres. Le principal du collège de Salies-du-Salat, me traitait d’hémiplégique, et ne donnait pas cher de ma future réussite éducative et professionnelle. Sur le plan personnel je reste jusque là quelqu'un de timide et réservé.

        Passionné par les plantes et le vivant je me lance dans un bac agricole. Je parviens finalement à lire couramment à l'age de 16 ans en jouant à un jeu vidéo (Final Fantasy 9) et l'année d’après je parviens à améliorer mon niveau d’anglais en jouant à Final Fantasy 10 (assez scandaleux pour le système éducatif). A cette période là je fais des des essais en vue de la création de jeux vidéos et je travaille des disciplines diverses telles que le dessin, la musique... Je vis la scolarité comme une perte de temps par rapport à mes centre de motivation. J'en viens même à ne pas vouloir passer mon bac, que j'obtiendrais finalement sans avoir consenti à y travailler au préalable.

          Suite à cela je monte un projet associatif de Salle informatique sur la commune de Figarol, je parviens à faire financer le matériel, mais faute me mobiliser sur la communication autour du projet, je ne parviens pas à faire venir un nombre suffisamment important d'utilisateurs.

         Je reprends, en suite des études supérieures en psychologie à Toulouse où je participe au mouvement social contre le CPE. L’année d’après je poursuis mes études en sociologie à Paris, et je m’implique au Kremlin-Bicêtre pour soutenir Ségolène Royal aux élections présidentielles de 2007 contre la redoutée candidature de Nicolas Sarkozy.

         A prés la défaite je finit par prendre mes distances avec la section du parti socialiste qui était plus occupée aux querelles liées au partage des postes en interne que à combattre la politique de droite décomplexée du gouvernement.

          Je poursuis mes études avec une licence de Sociologie à Paris que j’obtiens assez facilement avec mention bien. Pensant qu'une haute compréhension des phénomènes sociaux permet un diagnostique des problèmes et d'adapter l'action publique en conséquence. Je m’investis avec sérieux dans un master d'anthropologie. Mais en voyant les mécanismes de validation des théories et de cooptation entre pairs au sein du milieu scientifique je décide de ne pas poursuivre après le master et avec mon épouse nous décidons de retourner vivre à Figarol pour donner un cadre de vie agréable à nos futurs enfants. J'entame la construction d'une maison en autoconstruction et je m'installe en autoentrepreneur pour créer des sites internets.

         En 2014 souhaitant m'impliquer dans la vie citoyenne je propose ma candidature aux élections municipales sur la liste menée par Jean Charles Rosello et je suis élu conseiller municipal. Contrarié par un certain nombre de choses qui sont imposées au communes, et par le projet de réforme territoriale (loi NOTRe). Je me présente aux élections sénatoriales de 2014 en Haute Garonne avec un programme principalement dédié à la revalorisation des communes et des territoires.

         Début 2015 souhaitant agir de façon directe et concrète sur les questions de redynamisation des zones rurales, je reviens à mes sources, l'innovation et le numérique et je lance avec quelques proches, le projet Fablab Comminges. Je m'implique aussi pour la création de la fédération régionale des fablabs (FEDLAB) dans le but d'aider toute la région à se doter de Fablabs. Après de nombreuses démarches administratives et quelques échecs frustrants sur le plan des demandes de subventions, notamment la région et les fonds européens FEDER. Le projet se réalise finalement mi 2016 plus tard et en moins grand que prévu pour le moment mais avec toujours d'aussi grandes perspectives. (Je préside la FEDLAB de aout 2015 à septembre 2016, ou je laisse la place et je continue à m'impliquer comme Vice-Président)

Je fais actuellement le constat que si l'on veut redynamiser le pays il faut des dispositifs d'aide plus souples et plus réactifs pour les porteurs de projets et en particulier pour les petits projets en zones défavorisées. Les personnes qui sont aux responsabilités n'ayant pour le moment pas traité ce problème, j'envisage de porter cette question sur le plan politique. Mais pas forcément de façon classique en se présentant aux élections, plutôt par des actions concrète sur internet et au niveau local. Dernièrement j'ai créé le site http://candidat-2017.fr pour apporter plus de démocratie à l'occasion de l'élection présidentielle.



La suite s’écrit avec vous ...



Photos libres de droit à utiliser :

sylvain-des-rochettes